Constats et enjeux

Notre alimentation est devenue complètement déconnectée de la production agricole. Ce n’est pas par hasard que ces deux thématiques sont présentées « en tandem » ! Le monde rural se diversifie, évolue, change.

Chez nous, l’agriculture paysanne vit encore, « survit », pourrions-nous dire, et si nous ne lui accordons pas une réelle attention, elle risque de disparaître, pour laisser place aux exploitations d’une plus grande ampleur. Les prix pratiqués actuellement ne reflètent pas les coûts de production et ne sont donc pas rémunérateurs pour les agriculteurs. Nous constatons également que peu de jeunes osent encore se lancer dans le développement d’une exploitation, ou encore dans la reprise d’une exploitation existante, faute de moyens.

Ce n’est pas plus joyeux ailleurs ! La spéculation sur les produits alimentaires, l’accaparement des terres dans le Sud, la circulation des produits vivriers dans des conditions de dumping social, environnemental et économique ont des conséquences désastreuses. Près d’1 milliard d’êtres humains souffrent de la faim dont
les 2/3 en milieu rural. Est-ce acceptable et où est la solidarité avec les pays du Sud ?

Par ailleurs, chez nous, la demande pour des aliments produits localement et de manière respectueuse de
l’environnement ne cesse d’augmenter. En Wallonie, les grandes cultures et les prairies sont de plus en plus
gérées de manière respectueuse de la nature tandis que les cultures maraîchères et fruitières régressent.

La commune d’Havelange dispose d’agriculteurs/éleveurs produisant des produits de qualité. Pour Ecolo, l’agriculture biologique et les filières alimentaires qui y sont liées présentent un potentiel important d’emploi local et de transition écologique de notre modèle agricole, singulièrement pour lutter contre l’érosion de la biodiversité et pour relever le défi du changement climatique.

En matière d’agriculture et d’alimentation en général, les solutions relèvent du niveau international, fédéral et régional. Et en attendant, quelles solutions pour Havelange ?

Propositions

A. Alimentation :

  • Négocier des cahiers des charges avec des producteurs locaux et du commerce équitable pour les repas livrés à domicile (CPAS), les repas de maisons de repos et scolaires y compris les collations et à l’occasion des réceptions communales ;
  • Inciter les camps de jeunesse à acheter localement en créant un « Havelange Mode d’emploi » : invitation à une consommation locale de produits du terroir, gestion des déchets, bien-être ;
  • Promouvoir les collations et repas sains dans les écoles tous réseaux confondus. Sensibiliser les
    enfants à l’alimentation durable (moins de déchets, plus de légumes et de fruits, produits locaux et
    de saison, commerce équitable..) ;
  • Inciter les organisateurs d’évènements locaux à utiliser des produits de proximité (boissons et
    aliments locaux) ;
  • Encourager/soutenir toute initiative évènementielle ou régulière mettant en évidence les aliments à promouvoir (fruits, légumes, céréales, bars à soupe, jus de fruits etc.) ET valorisant les savoir-faire culinaires en veillant particulièrement à réduire la fracture sociale ;
  • Développer les potagers, les vergers, les ruchers à vocation pédagogique, tant pour les enfants que pour les adultes, parce qu’ils permettent de créer un lien entre notre consommation et notre production alimentaire ;
  • Soutenir la création de jardins et potagers collectifs, créer des vergers communaux avec accès à la cueillette, inciter les écoles qui en ont la possibilité à planter au moins un arbre fruitier ;
  • Favoriser la fabrication artisanale de jus de fruits en mettant à disposition des citoyens une presse
    mobile une fois par an ;
  • Développement d’un atelier permettant la valorisation de certains surplus de production (ex : années
    à pommes, tomates, …) ;
  • Analyser la faisabilité de la mise en place d’un marché de produits locaux/un comptoir et évaluer sa
    concrétisation ;Soutenir le lancement et la continuité de la coopérative COCORICOOP.

B. Agriculture : DIVERSIFICATION / LIEN PRODUCTEUR CONSOMMATEUR / ACCES A LA TERRE / SOLIDARITE

  • Écouter les agriculteurs et initier des analyses/réflexions : création de débats, information des
    agriculteurs sur les modalités de l’agriculture biologique (réglementation, formation, débouchés..),
    l’usage des produits chimiques, les mesures agro-environnementales qui ont fait leur preuve ;
  • Édicter des règles d’attribution ou de réattribution d’essarts communaux aux habitants et/ou à
    des petites exploitations créatrices de main d’œuvre (petit élevage, maraîchage, productions
    biologiques), les filières courtes, la conservation des ressources et de la biodiversité. Rendre cette
    information transparente aux citoyens ;
  • Favoriser l’installation des jeunes dans les domaines du maraîchage, du petit élevage, etc ;
  • Favoriser la plantation de petits fruitiers (type groseilliers, framboisiers, etc.) et d’arbres fruitiers
    basses tiges dans les jardins des écoles, les parcs et espaces publics et soutien des initiatives allant
    dans ce sens.
Share This